google2a0cd61fbbcaef64.html
Presentation

AALE

Architecture .... Construction Rénovation Transformation Isolation Energie ... naturelle et durable

Laurent Fontenoy Architecte 115 Dries 1170 Bruxelles tel : +32 (0)2 672 91 43 GSM +32 (0)485 36 89 39 email: atelier@fontenoy.eu

Objectifs:

 

- Répondre au plus proche de la demande, tant fonctionnellement que plastiquement

 

Ceci dans une recherche globale de sens et d'intégration :

 

- à la situation existante (commanditaire, bâtiment, rue, environnements bâtis et naturels, paysage, etc...)

- sociale (circuits d'approvisionnement, qualité du travail pour la main d'oeuvre etc. )

- environnementale (choix des matériaux et des techniques, respectueux et durables)

- culturelle (composition des plans, choix et mise en forme des matériaux, détails, etc.

- économique (le budet, son respect et son usage réfléchi sont au coeur des déçisions)

 

 

- Donner sens et consistance à la demande

 

- en échappant aux stéréotypes et réponses toutes faites qui appauvrissent notre expérience

- en retrouvant la nature des matériaux et des structures dans le respect de leurs caractéristiques propres

- en incluant l'exigence économique dans la signification d'un programme (en se posant et reposant la question de l'essentiel )

- en privilégiant notre sensibilité aux formes, à la matière, aux contrastes, à la lumière, à l'espace, aux vues pour un plaisir des sens et de l'esprit renouvelé jour après jour.

- en rendant simple, en intégrant tous les aspects de ces injonctions parfois complexes.

 

Concevoir des plans et construire ne devraient catalyser que des réactions plus riches. Réactions susceptibles de génerer un projet qui réponde à des exigences propres, à la fois profondément personnel et profondément enraciné dans une culture. La démarche architecturale est un athanor.

Notre rapport au monde est conditionné et s'exprime au travers de nos différentes peaux. Notre corps, nos vêtement, notre habitat, (notre moyen de locomotion...), nos campagnes et nos villes expriment, mais conditionnent aussi ce rapport.

Élever un lieu de vie, de travail, d'étude, de soins etc..., c'est non seulement exprimer le rapport que nous entretenons avec ces notions, les expérimenter, mais aussi les conditionner.

La construction banale l'oublie souvent en se concentrant trop exclusivement et parfois mal, sur les aspects fonctionnels et pratiques ou encore sur une image stéréotypée rassurante et des solutions toutes faites, oubliant la face poétique éminemment personnelle, unique, et le fondamental besoin de sens de nos sociétés

 

Le rapport sensuel aux matériaux, les dispositions des espaces les uns par rapport aux autres, les circulations, les vues sur l'intérieur et l'extérieur, le rapport culturel et social aux formes et à l'expression de celles-ci, définissent un rapport au monde quotidien des plus puissants, et l'entretiennent. C'est pourquoi, bien souvent un projet d'architecture mobilise un important investissement émotionnel.

 

Notre objectif est de parvenir à inclure dans un projet, le plus simplement possible, toutes ces contingences et en faire sa richesse. Dans cette optique il n'y a jamais de "petit projet". Une simple demande, parfois même "seulement" technique, sollicite un faisceau d'interactions dont la résultante est la réponse la plus judicieuse et porteuse de sens.

 

Les pages qui suivent aux travers de différents thèmes illustrent cette recherche globale de sens, de poésie, alliés aux techniques et exigences d'aujourd'hui et de toujours.

De tous les arts, l'architecture est bien le plus contraint, le plus proche aussi de chacun lorsqu'il se donne vraiment la peine d'interroger.

 

S'intégrer ..... créativement

 

Selon les personnalités de chacun, les contingeances économiques, et celles du site.

Un architecte ça coûte combien?

 

 

Tout d'abord, je me dois de commencer par préciser que les honoraires d'architecture sont libres, et même complètement libres depuis que soumis à la pression de l'institution européenne l'Ordre des Architectes belge ai été contraint d'abandonner le barème qui fixait un minimum obligatoire.

Feu ce barème portait le nom de "Norme déontologique numéro 2 " Je le cite parce que officieusement aujourd'hui il continue souvent à servir de point de repère à la fixation des honoraires d'architecture.

 

Comprenez bien que ce qui pouvait apparaître a priori comme une entente au profit seul des architectes était en fait le cadre qui permettait de s'assurer que l'architecte était rémunéré correctement pour un travail déterminé, et cela sans avoir recours à des ressources complémentaires extérieures, éventuellement prohibées, et en tout cas en dehors du contrôle de son client.

 

Aujourd'hui par exemple, certains constructeurs de clé-sur-portes déclarent prendre à leur charge les frais d'architecture. C'est évidemment une tournure langagière, un leurre. En définitive, le client paie toujours tous les frais. Simplement l'addition n'est pas transparente.

Qui plus est, dans ce cas, l'architecte dépend directement de l'entreprise qu'il doit contrôler... Cherchez l'erreur...

 

L'architecte, si cela lui était permis, pourrait lui aussi proposer son travail gratuitement. Tout à fait gratuitement. Cela serait d'ailleurs certainement plus rémunérateur pour lui dans bien des cas. Seulement, il en serait terminé de son indépendance, de l'analyse objective et de la transparence au service de son client. L'architecte se ferait financer par les autres intervenants... Un peu comme un médecin que financerait le pharmacien ou l'entreprise pharmaceutique...

Heureusement pour le public, ce qui est permis au puissant, et bien introduit, lobby des entreprises de construction, ne l'est pas aux architectes.

 

Si le client paye directement son architecte c'est pour que celui ci l'assiste en toute indépendance et objectivité. Or, dans la plupart des cas, une fois analysées les offres des entreprises et négociés les prix, l'architecte non seulement ne coûte rien, mais rapporte même de l'argent à son client.

Tout son travail d'accompagnement, d'analyse, de contrôle, son écoute et le projet créatif qu'il vous offre, vous est véritablement.... offert. Avec souvent un complément.

 

C'est simple à comprendre. D'un devis à l'autre, et sur de nombreux postes, les variations de prix sont considérables, et parfois même ahurissantes. Et les devis sont rarement directement comparables. Des variations de prix de 30, 40, 50 % voir beaucoup plus encore sont courantes. Comment un client non averti comparera t-il des offres établies souvent selon des critères différents?

C'est impossible! Un client peut payer le double, sans même d'ailleurs qu'il y ai eu forcément volonté de tromper de la part de l'entreprise. Simplement celle ci fournit un service excessif, non nécessaire ou inadapté, ou est elle tout simplement chère en général, ou encore débordée de commandes. C'est d'ailleurs, à côté des questions de sécurité publique et d'urbanisme, une des raisons qui ont poussé la législation belge à rendre le redours à l'architecte obligatoire pour les actes importants posés en construction et rénovation.

 

Alors venons en au fait. Entre 8 et 15 % d'honoraires d'architecture de base en fonction du type de missions, cela se finance bien vite, comparativement à ces variations de prix, par l'analyse, les négociations et la détermination de l'entreprise la plus appropriée au chantier. L'architecte préférera toujours pour un budget déterminé, vous offrir le maximum, parce que cela lui permettra de mieux développer votre projet, qui est aussi le sien. C'est donc très gratifiant pour lui.

 

Encore un conseil, lorsqu'un architecte vous remet son tarif, demandez lui si tout est bien compris. Qu'en est il des relevés de situations existantes, des métrés, des réunions administratives, des commissions de concertations, des déplacements, des claculs énergétiques etc ? Tous ces actes en général sont des suppléments au tarif de base.

 

Point essentiel: le pourcentage défini n'aura de sens que pour un bâtiment réalisé par une entreprise, et cela jusqu'aux finitions. Si vous avez l'intention de réaliser une partie des travaux vous même ou a fortiori l'ensemble des travaux, convenez d'avance d'un prix de réalisation au m2 théorique. Celui ci devrait pour une habitation s'établir entre 1000 et 2000 euros du mètre carré en fonction de la taille du logement, de sa complexité et de ses finitions.

 

Un client narquois m'a un jour communiqué la réflexion suivante: "C'est bien sympathique votre rémunération au pourcentage. Comme je récupère beaucoup de matériaux, qu'un certain nombre me sont offerts par mes parents, et que je compte réaliser les travaux avec des amis, et bien 13% de 0 + 13% de 0, et ainsi de suite, cela fait toujours zéro honoraires pour vous. Merci Monsieur l'architecte !".

Vous l'avez compris, cela n'a pas de sens. Mais la notion de pourcentage du coût du chantier peut à l'occasion éveiller dans les esprits sinon quelques convoitises, du moins certains calculs qu'il est bon de dissiper dés le départ.

 

 

Notez bien: quoi qu'elle soit la plus rependue, la rémunération au pourcentage n'est pas obligatoire. Un tarif horaire, un forfait etc. peuvent être convenus. Mais le résultat final devrait rester comparable.

Le pourcentage ne sera la plupart du temps pas appliqué pour les missions ponctuelles, de conseils, et en général pour toutes les missions limitées ou trop partielles.